Radio Ciel Bleu - 107.1 FM à Béziers Ecouter Radio Ciel Bleu Sports - Web Radio Ecouter Radio Ciel Bleu en live - Web Radio

   LOL



Allez Béziers !!

 

Résultat de recherche d'images pour "gifs animes bonne année 2018"




Lundi soir, on enregistre à Radio Ciel Bleu.





Samedi, 20 heures 15. Dans l'apaisement qui succède  naturellement aux passions d'un match de rugby émotionnellement intense, le stade de la Méditerranée se dégonfle lentement.

Les commentateurs de la classe biberon, floqués, jusqu'au bout du micro, Radio Ciel Bleu, matricule 107.1 (SVP, retour à l'envoyeur) remisent le matos avec la satisfaction de la copie, une énième fois, correctement remplie.  Peut-être pour les puristes de la profession radiodiffusée, (on ne saurait être parfait) avec ce zeste de chauvinisme qui nous, Biterrois du terroir, nous caractérise, à fortiori quand on a l'occasion d'en rajouter, par la voie des ondes.   Après tout, Maxime, c'est tellement vrai  que nous sommes de Béziers  et jusque dans l'accent! j'en assume le témoignage, sans fausse pudeur,  à 70 balais ! ...Bon! Allez, place à présent  aux interviewes de joueurs, entraineurs ou dirigeants. Elles serviront à illustrer le magazine hebdomadaire de notre sport roi.

Nos juniors sont pétris de talent, savent garder le triomphe modeste ; sérieux dans ce qu'ils échafaudent sans  jouer les sérieux.  Surtout ne pas se prendre, comme tu le répètes à l'envi Rémy, pour celui qu'on n'est pas! C'est tellement plus sociable.

 Donc, le lundi soir, après la messe quotidienne du prolétaire sorti  d'usine, les jeunôts RCB revêtent le bleu de chauffe et s'installent à la technique pour les enregistrements à diffuser ensuite, dans la semaine, aux fidèles auditeurs. Un job de composition qui impose savoir faire et rigueur. A l'extérieur du studio, en attente de la finition, avec le boss, nous percevons les éclats de rire, nés de quelques bonnes blagues, où, certainement, nous figurons parfois comme  personnages centraux, forcément caricaturés. Une façon sympathique d'assurer la relève dans la bonne humeur ! Le plaisir dans la contrainte, l'action alliée à la farce.

Les Muppets, ce soir , ont été conviés à partager la gamelle, à moins que ce ne soit l'inverse. Bref, qu'importe ! Malgré la fraicheur qui tombe, le dynamisme reste… dense. On s'esclaffe de nos erreurs passées comme ces visions rocambolesques qui font apparaître dans le feu du commentaire tel  joueur pourtant sorti du terrain 10 minutes auparavant!! Pour se produire à la télé, faudra encore attendre!. Les vétérans ont leur part de bourdes et les plaisanteries fusent, sans sarcasme, méchanceté, ni reproche. Nous sommes dans l'humain, en conséquence faillibles, il ne se déclenchera aucun jugement de valeur, ici, on n'est pas dans la lutte du pouvoir. On s'en amuse, , on pardonne, on fera mieux la prochaine fois…On est dans l'amitié…. Ma définition simpliste et affective de la dream team.

Comme mon verbiage, les aiguilles du temps s'égarent à vive allure dans le boitier de nos montres. On aurait presque oublié que demain, il fera jour et que nos jouvenceaux  ont l' impérieux devoir de gagner la croûte de leurs aînés retraités. On se quitte donc à une heure raisonnable. Les bises accompagnent les tapes dans le dos . Promis, on se retrouvera dans les mêmes circonstances avec un identique état d'esprit et un authentique bonheur. On en redemande…

Merci, A+ et SebAllez Béziers, saison 2014-2015 !!! L'an prochain, nous serons à temps  d'y réflêchir à nouveau.



                           

     A  votre bon CŒUR !!





 A Béziers comme partout en France, depuis fin novembre la campagne des restos du cœur bat son plein et ceci jusquà la fin du mois de mars. Son plein ? Non, l'expression n'est pas trop forte tant elle  colle  à la réalité de notre époque, durement marquée par le chômage et la précarité.


Charles RAMIREZ et Jacques PROU ont en charge la responsabilité du  centre de la rue Amiral COURBET - il en existe un deuxième  dans notre ville  au 35 avenue de la Marne- Assistés de 90 bénévoles (nombre à géométrie variable compte tenu des mouvements d'entrées et sorties en cours de saison), ils doivent faire face à des demandes de plus en plus importantes de personnes en détresse dont le chiffre stupéfiant  de 7%    de notre population citadine, en  2013-2014  représentait  environ 5.000 familles pour 200.000 repas attribués !


Organiser la gestion d'un tel ensemble nécessite un investissement d'énergie charitable important. Entre contrôle des inscriptions, collectes, distributions, maitrise des stockages,  accueil des ayant-droit, on ne peut  véritablement pas parler d'une partie de plaisir pour retraités désoeuvrés. Telle une ruche, l'activité du centre Courbet, pour l'avoir vécue une heure durant l'interview, est tout simplement hallucinante.Pourtant, pas d'affolement ; le sourire et la bonne humeur sont de rigueur pour ces gens qui désirent alléger les difficultés de ceux qui souffrent et dont l'attente ne peut être mesurée uniquement en denrées Résultat de recherche d'images pour "gifs animes bonne année 2018"

alimentaires mais aussi en chaleur humaine.

La générosité des Biterrois n'est pas légendaire, à commencer par la municipalité et la CABM qui ont pris des mesures pour faciliter le transport des marchandises récoltées.  Si les besoins sont conséquents et chaque jour le démontre, nos concitoyens se découvrent globalement solidaires aux points de collectes.  Les grandes surfaces aussi participent et la ramasse se pratique sur les denrées périssables en fin de dates de péremption.


« Alors, direz vous en lisant ces lignes, tout est pour le mieux ? »  Hélas, il reste encore beaucoup à faire. A commencer par le stockage: le Centre COURBET manque de frigidaires et de congélateurs. De bénévoles aussi et le contingent risque d'être rapidement insuffisant notamment pour les journées du 6 et 7 mars. Les bonnes volontés seront  acceptées avec soulagement. Même les mineurs, munis d'une autorisation parentale, seront les bienvenus. Les dons en aliments, vêtements, argent sont aussi recueillis pour ceux qui ne peuvent proposer leurs services.


Vous pouvez contacter les responsables le matin entre 8h. et midi, soit directement au centre ( 4 rue Amiral Courbet) ou par téléphone, au  04 67 90 00 95 ou 06 08 97 70 22. Merci pour eux.





Ensemble, surveillons nos achats et faisons avancer

nos droits.


Des faits divers qui se multiplient, des acheteurs ulcérés par les tromperies faites sur des marchandises ne correspondant pas à leurs attentes et aboutissent à des réclamations interminables souvent  non satisfaites,  notre société d'hyper consommation génère parfois des dérives comportementales à risques croisés : la naïveté de certains, soumis à un matraquage publicitaire intense, se confronte aux attitudes peu scrupuleuses d'autres que l'appât d'un gain facile attire irrésistiblement vers des actes quelquefois pénalisantes.


 Une confiance aveugle et la pulsion du désir à assouvissement immédiat font le lit de pratiques commerciales douteuses voire frauduleuses.  Ainsi, du contrat illisible ou imprécis à l'étiquetage d'un produit faussement labellisé, l'éventail des techniques illicites s'est singulièrement élargi malgré des contrôles répressifs de plus en plus fréquents.


Pour pallier à ces lacunes, des associations de défense des consommateurs se sont proposées afin de leur fournir aussi une meilleure information, les aider dans leurs choix avant toute décision d'achat important, éviter les pièges habiles et orienter leurs revendications en cas de litige.


Créée en 1954, l'UFC Que Choisir, régie par la loi de 1901 des associations à but non lucratif, possède une expérience de haut niveau et, à Béziers, d'une antenne dynamique, installée dans les locaux de la MVA (Maison de la Vie Associative). Aline, Louise et Jacques, des bénévoles avertis, sont à l'écoute du public pour mettre à disposition leur expérience et savoir dans des réponses appropriées aux multiples interrogations d'acheteurs potentiels ou floués.


Dans le souci de compléter leur action, ils ont accepté de partager leurs compétences avec nos auditeurs, en traitant, une fois par mois, sur nos ondes, d'un sujet d'actualité relatif à leur démarche. La première émission a été diffusée le jeudi 29 janvier 2015 à 10 heures puis rediffusée le jeudi 12 février, même heure. Elle traite de la Loi HAMON dont les retombées positives sont indéniables. Ne la  manquez pas, elle est riche d'enseignements.

UFC Que Choisir MVA Béziers  15 rue du Général Marguerite. 04 67 28 06 06

www.ufc-quechoisir-beziers.com      Mail : ufc.beziers@sfr.fr                                                 


Daniel, l'aquarelliste


Ce matin, les premiers rayons d'un timide soleil hivernal caressaient les côteaux du petit village viticole de BERLOU, diffusant une douce lumière tiède et vivifiante. Tout près de l'endroit où je stationnais , un ruisseau murmurait sa fraîche mélodie au contact des galets.


Plongé dans cette atmosphère paisible et réparatrice, j'éprouvais du mal à m'arracher de ce spectacle champêtre pour me rendre, à quatre pas de là, au rendez vous que nous avions fixé avec l'aquarelliste local de renom, Daniel FRAISSE.


Le temps de quelques photos pour saisir l'instant, la pureté des contours et des couleurs, je franchis en soufflant les quelques mètres d'une large allée sablonneuse et pentue, entourée d'un végétation exotique et abondante. La demeure du peintre se fond délicieusement au décor, sans cliquant mais coquette et accueillante. L'intérieur est orné délicatement de quelques aquarelles du maître. Le couple me reçoit avec chaleur. Nous conversons autour d'une tasse de  café accompagnée de quelques biscuits faits « maison ». Je me sens bien. Une complicité spontanée s'est installée avec mes hôtes. Nous échangeons nos visions concordantes sur la nature et les plaisirs simples qu'elle nous offre.  L'interview promet d'être sur le ton de la convivialité et du partage ; comme je l'aime. La journée a bien commencé.


   Quand, garçon, à l'époque de sa jeunesse, on vivait à BERLOU, cette région dédiée à la confection d'un vin de qualité, on se  prédestinait,  à un taux important, au travail de la vigne. Daniel n'y échappe pas, son avenir professionnel est tout tracé. Ciseaux de taille, sécateurs en main, au milieu des odeurs fortes et caractéristiques du soufre et des sulfates, il observe la Nature qui met sous ses yeux de multiples richesses. L'homme est un contemplatif, rêveur, silencieux, habile de ses doigts et créatif. Très tôt, il s'initie au dessin et  la musique dans ses moments de loisirs.


 Nous le découvrons rapidement, Daniel est un passionné  exigeant qui affronte la difficulté avec un acharnement jubilatoire. A l'âge où la maturité vous autorise des choix personnels, Daniel troque ses outils agricoles pour  palette,  pigments et pinceaux afin de coucher sur le papier les images colorées de son environnement. Il choisit alors l'aquarelle mouillée qui a la réputation d'être rebelle dans le contrôle de l'eau et le mélange des couleurs.


Patient et attentif,  durant une décennie, l'artiste progresse de façon significative. De son premier tableau qu'il a symboliquement affiché sur le mur de sa salle de séjour, il rappelle le chemin parcouru pour enfin se libérer des contraintes stéréotypées du classique pictural et atteindre le monde fabuleux et réservé de la créativité. Ses œuvres sont remarquables et remarquées. Les teintes majeures sont rouges et jaunes comme le terroir en période automnale. Les sujets retenus tantôt fleuris, boisés ou villageois, tantôt sortis de modèles photographiques qu'il agrémente d'une touche personnelle, sont d'une grande variété.


Daniel a beaucoup exposé et expose toujours. Une de ses toiles a été sélectionnée pour le concours mondial d'aquarelles. Il faut visiter, cela vaut vraiment le détour. Vous serez séduits sans nul doute et peut-être, sur un coup de foudre,  voudrez-vous acheter un de ses tableaux ?


Téléphone :04 67 89 58 28                  courriel : danielfraisseaqua@gmail.com   site :www.lesaquarellesdedaniel.com



   



                       Jean Claude

BAUDRACCO,

                  acteur et homme

de cœur.


Avec son imposante stature, une voix qui,  lorsqu'elle raconte, chante plus qu'elle ne dit, on le croirait sorti de quelque roman de Marcel Pagnol, Jean Giono ou encore d'une de ces nouvelles dont Alphonse Daudet,  notamment dans ses Lettres de mon Moulin, avait  enchanté nos lectures et régalé notre enfance   .


De fait, Jean-Claude BAUDRACCO est multiple. Comédien de métier mais surtout par goût , il paraît plus vrai que les fictions dans lesquelles il se produit, sous l'aspect de gens du quotidien qu'il incarne à la scène et semblent avoir été taillés dans le tissu de son costume. Ajoutez à cela le cadre champêtre qui entoure le petit village audois d'Armissan, douillettement blotti parmi les roches calcaires du massif de la Clape et ses vignes amoureusement entretenues. Poussez alors jusqu'à  la place pour y découvrir une belle bâtisse, son chez lui et vous voilà plongés dans le cœur d'une authentique pièce de théâtre, à vous demander si un jour, Pagnol  ne fut pas Languedocien avant d'être Marseillais .


  Jean-Claude n'est pas que cela. En lui, il porte les marques de la  force tranquille de ceux qui rassurent  de par leur seule présence. D'une franche amitié, d'une générosité spontanée et lumineuse,  l'homme se définit, avec une amusante fierté, épicurien et quand on apprend qu'il fut restaurateur avant d'exercer la profession d'acteur, qu'il a débuté en amateur, joué pour distraire les clients des soirs de fête, on comprend de suite qu'il pratique aussi, sans retenue, convivialité et partage. A l'instar de ce que furent les rencontres des Brel, Brassens, Ferré, immortalisées sur cette photo mythique en noir-blanc qui a fait, je crois, le tour du monde et qui décore, bien sûr, un pan de mur de son bureau, Jean-Claude BAUDRACCO cultive le même art de vivre, nourri de cette identique vision d'une vie pleine  d'inoubliables moments, construits à coups de croustillantes anecdotes, de belles phrases, d'éclats de rire et de menus gastronomiques, que, souvent, à tour de rôle, les copains confectionnent avec grand soin, selon quelque recette familiale et régionale, dans un recoin de cuisine.


Jean-Claude a le sens profond de la famille, bien peu d'intérêt pour le clinquant, souvent revêtu d'une tenue vestimentaire ordinaire dont le seul signe obstentatoire original se trouve dans un chapeau à large bord qui rappelle son petit côté cabotin sympathique. Son langage, dépouillé de tout artifice, s'agrémente, of curse,  de l'accent marseillais d'origine contrôlée comme les vins de nos Régions et que n'auraient pas renié Raimu ou Charpin, bien calés dans la liste de ses idoles. Tel est globalement le personnage dont on acquiert la certitude qu'il est de bonne compagnie.


L'actualité artistique immédiate de ce comédien d'instinct et autodidacte se présente dans une répétition de la pièce « JOFROI » d'après son adaptation du roman de Jean GIONO  dont le rôle central est tenu par  un monument du théâtre et du cinéma français, Michel GALABRU.  Ce matin, d'autres acteurs  occupent son accueillante demeure.   Leur visage nous est connu, certains se sont produits dans des films ou séries télévisées populaires. Les croiser ajoute du charme et nous laissent  un sentiment de rêve, d'étrangeté, presque d'irréel.

Tout naturellement,Jean-Claude BAUDRACCO vous accorde son amabilité à l'instant où il vous invite à franchir le seuil de sa maison. Durant notre entretien, la porte, qui donne sur la placette de son charmant village, est restée constamment ouverte. Malgré un agenda copieusement garni, à aucun moment, il ne manifeste   de signes d'impatience.  Seule l'horloge du clocher voisin trouble, presque timidement, la quiètude de cette matiné d'automne. Dommage, les heures défilent à vive allure; on en oublierait le temps mais une évidence s'installe, nous irons encore le voir sur les planches, interpréter ses rôles  pagnolesques  de paysan, maire, cafetier ou garde champêtre qu'il affectionne et qui, avant lui,  avaient fait la gloire des Raimu, Charpin, Reylis Fernandel et bien d'autres.




La passion de Colette .

La mosaïque, je n'apprendrai rien à personne, est un art hautement décoratif, autrefois trés prisé  par les Grecs puis les Romains qui  en décorèrent l'intérieur de leurs somptueuses villas. Les personnes qui ont eu le plaisir d'approcher,  par exemple, le site de Pompéï ont pu admirer la beauté de certains de ces décors,  en mesurer la somme de patience, de travail et de minutie nécessaire  aux artistes pour les réaliser. Longtemps tombée  en désuétude, la mosaïque réapparait depuis quelque temps.

A Béziers, Colette MAS a littéralement plongé dans ce moyen d'expression délicat et contraignant. Depuis 14 années, elle découpe, taille, assemble puis colle pour réaliser quelques motifs de qualité qu'elle élabore et réunit chez elle, faute d'espace et d'atelier.Ce qui n'était, à l'origine qu'un modeste dérivatif, une forme d'exutoire à des problèmes personnels, est devenu une véritable passion au point de rêver de   transmettre, plus tard, ce savoir méticuleusement emmagasiné, jour après jour, année après année.

Plus inattendu, un peu à contre-sens de la modeste perception qu'elle concède à son propre talent, elle a inscrit une de ces œuvres au concours international  de mosaïque.... apprendre avec stupéfaction qu'elle était sélectionnée pour disputer la finale.Un moment de joie mais aussi de panique à l'idée d'affronter cette puissante lumière, trop forte pour son caractère, plutôt effacé.  Un après-midi de septembre, nous sommes allés à sa rencontre pour mieux connaitre son aventure. 

Issue d'une famille biterroise de sensibilité artistique, aux multiples activités , Colette, malgré une personnalité introvertie, a le verbe spontané des gens honnêtes. Elle évoque les circonstances particulières qui l'ont poussée à s'investir dans cet art, sans retenue, avec la seule volonté d'agir, de s'améliorer, de se battre et aussi d'oublier. Lentement, avec l'acharnement du profane qui découvre, elle rassemble les minuscules tesselles multicolores sur leur support pour une union harmonieuse de personnages ou de tableaux qui captivent le regard du visiteur, lui dévoilent davantage  l'artiste avec ses épreuves, sa fragilité, ses interrogations. Une femme entre force et faiblesses qui, par le courage et la volonté, a pu surmonter nombre de ses craintes. Colette n'en fait pas mystère. Elle se livre avec une sincérité émouvante et attachante   une générosité poussant tout naturellement vers le partage. Son ouvrage majeur «Dualité» résume des sentiments parfois contradictoires, en fait,  quoi de plus commun que cette ambivalence que l'on attribue souvent aux  êtres humains?

Notre échange a produit une longue discussion. Après le résultat du concours, on le connaitra courant octobre, lauréate ou non, Colette veut franchir l'étape supérieure pour faire connaitre son travail et, si possible, l'enseigner. Elle a commencé à exposer et il est à parier que «Dualité» se produira dans de nombreuses autres galeries internationales. Pour l'immédiat, Colette aimerait trouver un local sur Béziers afin de s'étendre et dégager son logement , non adapté à la pratique de son loisir et au stockage du matériel.


                       "Dualité" Colette MAS

  

Robert MORNET, Cévenol et Marinier


Un bonnet solidement planté au sommet du crane, le visage buriné partiellement couvert d'une barbe sel- poivre, la voix rocailleuse et l'allure du  vieux loup  de mer, au  premier abord, on pourrait le croire bougon, un brin râleur à l'identique des personnages  de légende, ces irréductibles clichés sortis tout droit de nos  romans d'enfance qui,  à travers les océans, nous invitaient à une vision de pays lointains et d'îles aux trésors imaginaires.  Très vite, cependant derrière cette fausse apparence, perce un homme social, sensible et chaleureux, philosophe,  d'une attachante et émouvante spontanéité.  Prompt à saisir l'instant de rire qui se présente, il manie aussi l'humour avec habileté, parfois la dérision ou l'ironie, sans toutefois s'accorder une once de méchanceté. Posez lui une question,  il  s'occupera de la suite.  De fil en aiguille, vous dériverez alors sur les eaux calmes du Canal du Midi, à bord du « Cayrol », sa barque de Poste du XIXème, fascinés par l' aisance de son verbe, admirablement servi par une gouaille naturelle et bien méridionale.  Sa passion est communicative, captivante. Il est vrai que son parcours n'a rien de très ordinaire.

Robert MORNET est cévenol, ce qui, à mon humble avis, n'est déjà  pas un mince exploit pour un batelier, ma représentation des alentours du Vigan restant assez  primitive et éloignée en ces lieux, de toute navigation, fluviale ou maritime. A la retraite, voici maintenant 7 ans, Robert entreprend la construction, à partir de plans d'époque, d'un Coche d'eau qui , dès sa finition, en toute logique,  emprunte la voie royale du Canal de Riquet, pour y rencontrer de la vie, celle du génial concepteur, cela va sans dire, mais encore du quotidien plus modeste des gens,  partager le temps qui passe et  quelques paroles autour d'une bière, d'un verre de vin, un échange de services qui déboucheront quelquefois  sur d'imprévisibles et sincères amitiés.

Depuis un an et demi, Robert   fait escale sur le petit port de Capestang. Sa barque,  amarrée non loin de l'office du Tourisme, se remarque sans  peine. Le Cévenol marinier, atypique et haut en couleurs, est devenu, en peu de temps, une figure incontournable des habitants du village héraultais. « Robert de la Barque », comme ils se plaisent à le nommer, poursuit sa quête pour que continue de vivre le Canal, afin que nul n'ignore ce qui fut et reste une des plus audacieuses réalisations de notre Histoire de France. Un nouveau projet de construction de bateau, à l'identique de ceux du XVIIème, germe déjà dans sa tête, pour matérialiser le travail de mémoire, indispensable à une meilleure connaissance  de l'ouvrage. Nul doute qu'il parviendra à ses fins, l'homme est  tenace, « testard comme un cévenol » pour reprendre sa propre définition. Un trait de caractère qui le rapproche du célèbre ingénieur biterrois.

Mais cette mission va bien au-delà du simple fait historique, Robert se projette dans un avenir pour le canal, encore plus populaire et humain.  En premier lieux, il juge nécessaire que chacun soit respectueux de la nature environnante et des riverains, condition première pour que l'œuvre de Riquet redevienne  le formidable outil de communication  qu'il fut jadis. « Revoir les amoureux flaner derrière un bartas, les pêcheurs reprendre leur sieste… ».  Redonner  à la vie du sens, une plus grande sérénité.

Promenez vous le long du Canal à Capestang, vous y trouverez la barque de Robert . A l'intérieur, de belles images sur  Riquet tapissent ses parois et pour peu que la curiosité vous taraude l'esprit, interrogez le marinier, il en connait un rayon. Après, vous pourrez découvrir la boisson de Pierre Paul, «  l'eau de Septe »  qui n'a pas sa pareille pour nous faire plonger, quelques siècles en amont,  encore plus loin dans le voyage . Un moment de bonheur simple et d'une forte intensité

Le rêve rapproche les adultes du monde des enfants,  les rappelle à la pureté. A force d'y croire, il finit un jour par se concrétiser et autorise d'inoubliables aventures.   Remercions ceux qui comme Robert nous entraînent vers cette démarche, ils sont source d'enrichissement culturel et de progrès.

                                                  


L'Académie internationale de musique Française

                "Michel PLASSON" à POILHES


Soirée exceptionnelle, de haute tenue, ce dimanche 6 juillet, à POILHES, au domaine de Régismont, propriété du célèbre chef d'orchestre Michel PLASSON, qui, à l'occasion de l'ouverture officielle de son Académie Internationale de Musique Française, accueillait un parterre de qualité dont Françoise POLLET et José VANDAM, deux grands noms de l'Opéra, de mondiale renommée  .


Un concert offert gratuitement pour un public nombreux et ravi, qui n'avait pas

hésité à affronter les caprices menaçants d'un ciel d'orage afin de découvrir

les voix sublimes des huit jeunes gens constituant la première session de

l'Académie. Des étudiants en master classe, débarqués  des quatre coins de

la planète, pour étendre le registre de leur déjà  riche répertoire et donner à

la musique française, selon le désir de maestro Michel PLASSON, de

nouveaux titres de noblesse.  Pour le bonheur des spectateurs, ils ont

interprété magistralement des extraits d'opéra connus, qui ont, longtemps,

fait vibrer l'assistance,  séduite par autant de talent et  qui ne leur a point

ménagé ses applaudissements.


Ce soir, ils ont été  les vrais vedettes lyriques de Régismont,  toutefois 

quelque peu impressionnés par leurs illustres ainés, assis au premier rang

pour les écouter chanter des airs qu'eux-mêmes ont tellement de fois

répétés. La représentation achevée, ils se sont joints à la foule pour

répondre, sourire aux lèvres, aux questions de quelques admirateurs.

Prémices, sans doute,d'un début de gloire, sinon la promesse d'une belle

carrière qui semble vouloir s'ouvrir devant eux et que nous leur souhaitons

aussi glorieuse que celle de leurs idoles. La satisfaction pouvait encore se

lire dans les yeux de Michel PLASSON ,   par les compliments appuyés de

leurs professeurs et de tous les mélomanes présents accourrus les féliciter.

 

L'Académie de musique française vient, ce jour à  POILHES, de passer

brillamment son premier examen. Reste à espérer que l'expérience aura le